On parle de nous dans Aeternus !


Le domaine Lamothe, propriété historique des Fabre

 

Château Lamothe-Cissac : une autre vision du bordeaux              

On connait Bordeaux, son immense réputation, avec ses vins d’assemblage prestigieux ; ses dérives aussi, notamment lorsque (il-y-a un certain nombre d'années) certains vinificateurs et vignerons furent enclins à trop extraire, à boiser parfois à outrance, notamment pour penser séduire le dégustateur/critique du Maryland (États-Unis) Robert Parker, ancien avocat, mondialement connu pour son système de notes « Parker Points », de 50 à 100 points ... Et il y a le bordelais-vigneron, le plus fréquemment des domaines familiaux, qui a toujours produit des vins d’une grande diversité, dont des vins de terroir, équilibrés et fins, et d’un bon rapport qualité-prix. Le Château Lamothe-Cissac en est un exemple. Les propriétaires, les Fabre, tout en demeurant dans la tradition girondine, ont dérogé aux modes gustatives et aux « règles » commerciales de la place bordelaise, en distribuant, en direct, leurs vins.   

                                             

On connait Bordeaux, son immense réputation, avec ses vins d’assemblage prestigieux ; ses dérives aussi, notamment lorsque (il-y-a un certain nombre d'années) certains vinificateurs et vignerons furent enclins à trop extraire, à boiser parfois à outrance, notamment pour penser séduire le dégustateur/critique du Maryland (États-Unis) Robert Parker, ancien avocat, mondialement connu pour son système de notes « Parker Points », de 50 à 100 points … Et il y a le bordelais-vigneron, le plus fréquemment des domaines familiaux, qui a toujours produit des vins d’une grande diversité, dont des vins de terroir, équilibrés et fins, et d’un bon rapport qualité-prix. Le Château Lamothe-Cissac en est un exemple. Les propriétaires, les Fabre, tout en demeurant dans la tradition girondine, ont dérogé aux modes gustatives et aux « règles » commerciales de la place bordelaise, en distribuant, en direct, leurs vins.


Le domaine Lamothe, propriété historique des Fabre

Nous sommes au château Lamothe-Cissac, Cru Bourgeois, situé en plein Médoc, propriété de la famille Fabre depuis 3 générations. Lamothe-Cissac (Haut-Médoc) ce sont, aujourd’hui, 33 hectares plantés majoritairement en cabernet sauvignon (autour de 60%), merlot (35%) et 5% de petit verdot.


Le domaine Lamothe, propriété au XIXe siècle de la famille d’Elbauve, a été acquis en 1964 par Gabriel Fabre. Depuis les années 1950, il n’y était plus produit de vin. Les vignes actuelles du château Lamothe ont commencé à être plantées en avril 1967 sur une croupe argilo-calcaire et une "motte" de graves. Les Fabre sont également propriétaires des Châteaux Bellevue de Tayac, Landat, La Tonnelle, Laride, Le Chêne, Carreyre, en appellations Haut-Médoc et Margaux, regroupés au sein des Domaines Fabre. L’ensemble représente 92 hectares de vignes. En 2007, Vincent Fabre et son épouse, Florence, ont repris la gestion des Domaines. Leurs enfants, Mélanie et Jean-Hubert les ont depuis rejoints.
L’exploitation est certifiée HVE (Haute Valeur Environnementale) Niveau 3(1) et, depuis septembre 2020, les Fabre ont intégré le club Vignobles & Signatures.

Entre Pauillac et Saint-Estèphe

Près des 2/3 des vignes de cette cuvée Lamothe-Cissac 2018 sont sur la commune de Cissac-Médoc, limitrophe de l’appellation Pauillac, le reste, 12 hectares, est situé sur Vertheuil, limitrophe elle de Saint-Estèphe. Presque tous les rangs sont plantés nord-sud, pour avoir une exposition est-ouest par rapport au soleil, « ce qui n’est pas le cas sur toutes les vieilles parcelles, notamment les plus anciennes » déclare Jean-Hubert Fabre.

Enfin, ce coin du Médoc est relativement plat, les vignes du domaine culminent à environ 18 mètres, il n’y a donc pas vraiment d’exposition, comme c’est le cas en Bourgogne ou dans le vallée du Rhin.
Sur l’îlot qui entoure la propriété les sols sont argilo-calcaires et le sous-sol est formé de graves profondes. En revanche, l’autre îlot, de la côte de Vertheuil, est constitué de graves pyrénéennes, un mixte de graves et de sable « bien plus petites que celles qu’on trouve à Margaux » souligne Jean-Hubert Fabre.


Une exploitation labellisée HVE 3 et plus…

Concernant la culture de la vigne, si les Domaines Fabre sont HVE3, dans les faits ils vont plus loin que les critères imposés pour acquérir le label, sans cependant avoir la certification bio, précise Jean-Hubert Fabre. « Sauf sous les rangs de vigne, pour limiter les contaminations et les maladies, les 2/3 du vignoble sont enherbés, travaillés mécaniquement. Un programme de plantation de haies a été mis en place. Depuis 2017 on a ainsi planté plus de 1 km de haies en bordure de parcelles. On utilise aussi la confusion sexuelle pour repousser les eudémis [papillon dont la chenille ravage la vigne, également connu sous le nom de tordeuse ou ver de la grappe]… et le fait de ne pas être certifié ne veut pas dire qu’on n’ira pas, à moyen terme, sur le bio. On fait des essais en interne. Aujourd’hui, sur les 33 hectares de vignes du Château Lamothe-Cissac, 9 sont travaillés en bio, sans avoir la certification Ecocert. » Mais, toutefois, de préciser, qu’éventuellement, dans un année avec des prévisions de conditions météorologiques très défavorables, ils ne s’interdisent pas de revenir, sur les secteurs concernés, à une culture de la vigne conventionnelle. Ajoutons qu’il est procédé à un effeuillage des pieds de vigne.


Du sans sulfites à Lamothe-Cissac

Les événements créent des situations… La famille Fabre a, en 2018, profité de la qualité du millésime et de la vendange très saine pour se lancer dans le sans sulfites ajoutés. Cette année-là, une cuvée à part a été vinifiée sans ajouter un gramme de SO2 tout au long du processus. Dénommée Fabre de Nature, elle a été produite, avec comme choix de cépage, uniquement du cabernet sauvignon. « Avant de nous lancer nous avions testé pas mal de sans sulfites à Bordeaux avec, pour 95% d’entre eux, du 100% merlot. Or, on retrouvait dans les vins le côté un peu lourd ou fruits très mûrs du merlot, à la limite du confit, alors qu’on voulait un vin plus sur la puissance et la fraîcheur. Le résultat a été probant et on a revinifié une autre cuvée sans sulfites en 2020. »


Publié dans Aeternus, le  24/06/2021.  Rédigé par  Pierre d'Ornano

https://aeternus.fr/2021/06/24/chateau-lamothe-cissac-une-autre-vision-du-bordeaux/

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.